RADIO(S)



#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Aujourd'hui encore, les quatre hectares sont toujours inaccessibles, ceinturés par de hauts grillages. Le long de la route départementale 116, au niveau du village de Sermaise, dans l'Essonne, une rangée de sapins borde l'Orge. Derrière ce paysage bucolique se cache une rocambolesque histoire de pollution industrielle. Des substances toxiques ont été déversées pendant des années dans la rivière, puis abandonnées dans des milliers de bidons, enfouis dans les sous-sols de ce terrain.

Voir la vidéo

"Les fûts sont laissés sur place et continuent de se dégrader et de fuir dans le sol", affirme une habitante d'un village voisin, dans le cadre de notre enquête participative #AlertePollution. Son déclic ? "J'ai remarqué que mon eau était pompée ailleurs", explique-t-elle. Et pour cause : l'ancienne station de pompage d'eau potable, toujours visible au milieu du village, est fermée depuis plus de trente-cinq ans. Car les nappes souterraines situées en dessous de Sermaise sont polluées par des composés organiques volatils très toxiques, dont le benzène, une substance classée cancérigène par l'INRS. La pollution est invisible, mais toujours présente.

Je ne sais même pas si la moitié des habitants sont au courant de cette histoire.Serge Bedos, président de Sermaise environnementà franceinfo

"Ce qui m’inquiète, c’est le désintérêt de la population et des élus", note Jean-Paul Gabireau, vice-président de l'association Sermaise environnement, habitant du village depuis 1982. Silence radio des autorités à ce sujet : ni les services de la préfecture de l'Essonne, ni la mairie n'ont répondu à nos questions. Pourtant, si la situation de Sermaise est extrême, elle est aussi un symbole "des pollutions industrielles", auxquelles "on est souvent confronté", estime Jean-Pierre Moulin, président d’Essonne nature environnement.

Une usine de retraitement de solvants

Pour comprendre cette histoire, il faut remonter au début des années 1950. C'est à cette époque que les établissements Gerber s'installent au bord de l'Orge, non loin du centre du village. La famille Gerber, qui fabriquait notamment du savon pendant la guerre, se lance dans le retraitement de solvants. Chaque jour, à Sermaise, des tonnes de produits issus des industries sont régénérés par distillation. Mais les liquides non traitables et les résidus des solvants très toxiques sont stockés dans des fûts, sur place.

L'entreprise cesse brièvement ses activités en 1967, après un accident industriel : une erreur de manipulation d'un ouvrier provoque une explosion et un immense incendie, entraînant la mort de deux personnes. Sur les images de l'époque, on aperçoit des fûts éventrés, calcinés. "Il y avait des bidons qui volaient à 150 mètres de haut, des flammes terribles", se rappelle une habitante dans "La France défigurée", une émission de télévision dédiée à la préservation de l'environnement, diffusée en 1972.

Une odeur pestilentielle

Mais cette première catastrophe ne signe pas la fin de l'entreprise : au début des années 1970, de plus en plus de fûts s'accumulent sur le terrain. Des odeurs nauséabondes émanent de l'usine et pénètrent jusque dans les maisons. "Je peux vous garantir que ça ne sent pas bon", commente à l'époque Daniel Ozanne. C'est cet habitant, et quelques autres riverains, qui vont créer l'association Sermaise environnement pour "lutter contre les pollutions", à commencer par les rejets toxiques de l'entreprise. Mais la bataille est rude. "La famille Gerber était connue, c’étaient des notables et ils embauchaient du monde", explique Serge Bedos, actuel président de Sermaise environnement.

On nous prenait pour des 'baba cool', des retardataires qui préconisaient le retour de la lampe à huile.Lucien Cauvin, président d’honneur de Sermaise environnementà franceinfo

Après ces signalements, une enquête est lancée par le service des mines. Son rapport, cité par Le Monde, indique alors que "M. Gerber est un industriel peu sérieux qui jusqu'à ce jour à fait fonctionner son établissement avec un mépris total des lois et des règles les plus élémentaires d'hygiène et de sécurité". En octobre 1972, les autorités réagissent enfin et suspendent provisoirement l'activité de l'usine. La préfecture somme l'entreprise d'évacuer les fûts pleins et les résidus entreposés dans les mares. Des scellés sont même posés sur une colonne de distillation.

Nous savions très bien qu’un jour ou l’autre nous serions dépassés par les déchets.Paul Gerber, patron de l'entreprise du même nomdans "La France défigurée", en 1972

"On ne peut pas enlever ces bidons ?", demande un journaliste à Paul Gerber, dans l'émission "La France défigurée". "Si. Mais vous les mettez où ?, répond-il en souriant. On veut que je les évacue en décharge, je veux bien. On me donne la décharge, je vais les mettre."

Des milliers de fûts enfouis sous terre

Le patron de l'entreprise trouve finalement des solutions radicales pour se débarrasser de ses fûts. Il confie certains bidons chargés de substances toxiques à un transporteur... qui les déverse dans un ruisseau, près du port de Bonneuil, le long de la Marne. Au total, 600 000 litres de produits sont ainsi rejetés, avant que le conducteur du camion citerne ne se fasse prendre en flagrant délit par la police. L'opération vaut à Paul Gerber une condamnation à neuf mois d'emprisonnement, dont six avec sursis, et 5 000 francs d'amende.

Mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. L'industriel va surtout creuser de grandes fosses sur son terrain et enterrer des milliers de fûts dans le sol, au mépris de toute considération environnementale. Après cette opération de "nettoyage" sauvage, et l'absence de réaction des autorités, l'entreprise va (encore une fois) reprendre son activité pendant plusieurs années.

Une substance cancérigène dans l'eau "potable"

Il faut attendre 1983 pour qu'un prélèvement sur les captages d'eau potable de la nappe phréatique fasse l'effet d'un électrochoc. Les résultats sont sans appel. L'eau est contaminée au tétrachlorure de carbone à un taux "cinquante fois" supérieur au "seuil recommandé par l'Organisation mondiale de la santé", selon Bruno Genty, de l'Union départementale des associations de défense de la nature de l'Essonne, cité par Le Monde en 1991. Cette substance, utilisée pour fabriquer des solvants, est classée cancérigène. Une exposition aiguë peut provoquer "la dépression du système nerveux central, des troubles hépatiques et des lésions rénales, indique l'Ineris (document PDF).

Les deux nappes phréatiques du village sont inutilisables. Le captage d'eau de Sermaise est alors fermé et des bouteilles d'eau sont même distribuées dans les écoles, avant que le village ne soit ensuite raccordé au réseau d'eau voisin de Dourdan. Les habitants se rendent compte qu'ils ont consommé de l'eau polluée pendant plusieurs années. "Si j’avais su ça, je ne serais pas venu habiter là. Les autorités ne nous disaient rien à l’époque", raconte Jean-Paul Gabireau, vice-président de l'association Sermaise environnement. Ce dernier affirme que les riverains n'ont jamais été informés des éventuels conséquences sanitaires de cette exposition.

Le plus grand chantier de dépollution de France

Il faut encore attendre près de dix ans pour que des opérations de nettoyage démarrent. Des recherches finissent par montrer que les sols contiennent une longue liste de polluants : arsenic, plomb, mercure, cuivre, hydrocarbures... L'étendue des dégâts est colossale : plus de 5 000 fûts sont enterrés et environ 25 000 tonnes de terre souillées. Sermaise gagne alors son surnom dans les médias : "Le village le plus pollué de France."

La une du "Parisien" sur "le village le plus pollué de France", en 1991.
La une du "Parisien" sur "le village le plus pollué de France", en 1991. (DR)

Le scandale est d'autant plus retentissant que le gigantesque chantier de dépollution, lancé en juin 1992, va être intégralement financé... par le contribuable. Dès 1990, un arrêté préfectoral ordonnait pourtant à la société de consigner plus de 20 millions de francs pour nettoyer le site. Mais depuis quelques années, le chiffre d'affaire de l'entreprise de cinq salariés a fondu. Gerber n'a pas les moyens de payer. Elle est finalement placée en liquidation judiciaire en 1993.

Le principe du pollueur payeur que l'on veut appliquer se heurte, ici, aux réalités.Un journaliste du "Monde"en 1991

L'État se retrouve donc seul à gérer cette pollution d'une ampleur inédite. La rivière de l'Orge, qui coulait au beau milieu du terrain de l'usine est détournée pour permettre les travaux de fouilles. Équipés de masques à gaz et de grandes combinaisons blanches, des ouvriers déterrent 3 686 fûts pour les envoyer dans un centre de traitement. Des milliers de tonnes de terre sont aussi traitées dans une usine entièrement montée sur place, jusqu'en 1999. "Ce chantier, c’est comme une fouille archéologique. Tous les jours, on a des surprises, confiait l’un des responsables des travaux, en 1992, à l'AFP. Et on n’est pas à l’abri de la découverte d’autres produits plus toxiques et très volatils provenant d'autres usines."

2 000 fûts toujours sous terre

Après quasiment dix ans de travaux, la fin du cauchemar semble approcher pour les habitants de Sermaise... Raté. Au début des années 2000, l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) achève de nouvelles investigations, destinées notamment à quantifier la pollution résiduelle sur le site. Il est alors déterminé qu'environ 2 000 fûts sont encore enfouis dans les sols, dont 600 dans la digue nord de l'Orge. Et la pollution n'a pas disparu, loin de là, selon l'étude détaillée des risques publiée en 2002. Un "contact cutané lors de la douche" avec l'eau issue des puits existants présente un "risque toxique et cancérigène inacceptables pour l'enfant et l'adulte", notamment à cause de la présence de benzène et de chlorure de vinyle, note le rapport.

Les riverains courent des risques. Ils vivent à proximité d'une source permanente de pollution importante.Henri Pézerat, toxicologue au CNRSau "Parisien", en 2002

L'État décide pourtant d'arrêter les frais. L'évaluation détaillée des risques mise notamment sur "une atténuation des concentrations (des substances toxiques) dans la nappe, dans le temps". Les 2 000 fûts restent donc sous terre. L'option garantit "une absence de risques pour la santé publique"... sous réserve de certains aménagements : restriction d'usage des eaux souterraines, maintien de l'interdiction d'accès et de travaux sur le site Gerber et interdiction de réaliser des forages ou puits sur les terrains voisins.

"Depuis 2016, c’est le ‘black-out’ "

Depuis, plusieurs arrêtés ont été pris pour poursuivre la surveillance de l'eau des nappes et de l'air ambiant, à proximité du site. Le dernier en date remonte à 2015, et prévoit une surveillance sur une période de quatre ans. "Pour les BTEX [composés organiques volatiles toxiques], les valeurs sont supérieures à la modélisation au niveau de la zone source", indique la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie (DRIEE), dans la fiche publiée en décembre 2015. Les analyses réalisées à cette époque chez les riverains sont conformes aux normes, mais cela ne suffit pas à rassurer les militants locaux.

Depuis 2016, c’est le ‘black-out’ complet, nous n’avons plus aucun contact avec les autorités. Il n’y a plus de réunions et nous n’avons pas réussi à obtenir les résultats des dernières analyses.Jean-Paul Gabireau, vice-président de Sermaise environnementà franceinfo

Quelques jours avant la publication de notre article, l'association Sermaise environnement a finalement été invitée par la sous-préfecture à participer à une réunion de suivi. Mais dans le village, le grand terrain boisé que l'entreprise Gerber a pollué reste inaccessible et aucun aménagement ne peut y être envisagé. "Il n’y a plus rien à faire ici", lâche Serge Bedos, président de Sermaise environnement. L'ancienne usine Gerber est devenue un "no man's land".

Source de l'article : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/alerte-pollution/alertepollution-on-l-appelait-le-village-le-plus-pollue-de-france-on-est-retourne-a-sermaise-ou-2-000-futs-toxiques-sont-toujours-enfouis_3166737.html#xtor=RSS-3-[monde]
Partager