RADIO(S)



Près de 57% des Français jugent les mesures protectionnistes du président américain positives pour l'emploi, selon un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, publié jeudi 8 novembre. En revanche, "ce qui plaît à beaucoup de Français, c'est qu'il défend les intérêts de son pays", a estimé Julien Sanchez, maire RN de Beaucaire et porte-parole du Rassemblement national, vendredi sur franceinfo.

franceinfo : 61% des sondés qui se déclarent sympathisants RN disent souhaiter que les Français élisent un président qui s'inspire de Donald Trump. Est-ce que Marine Le Pen doit devenir une Trump à la française ?

Julien Sanchez : Marine Le Pen ne doit surtout pas imiter qui que ce soit puisque Marine Le Pen est Marine Le Pen. En revanche, sur le président américain, je crois que ce qui plaît à beaucoup de Français, c'est qu'il défend les intérêts de son pays. C'est un vrai président comme on peut l'attendre et c'est ce que nous souhaitons aussi pour la France. Il n'hésite pas à faire des bras de fer avec d'autres pays sur certains sujets quand il estime que les intérêts de son pays sont en danger et qu'il faut les défendre. C'est ce que ne fait plus la France depuis l'Union européenne où nous nous laissons dicter les choses. C'est notre principal obstacle aujourd'hui. Nous devons reprendre la main sur un certain nombre de sujets et c'est ce que veut faire le Rassemblement national. On n'a pas attendu Donald Trump, nous avions déjà ce projet bien avant lui.

Huit Français sur dix rejettent une figure Trump à la française parce qu'il est jugé raciste ou dangereux, le risque c'est le repli sur les seuls électeurs du Rassemblement national. Est-ce que Marine Le Pen en a conscience ?

On n'est pas des inconditionnels de Donald Trump. La question était simplement : entre Donald Trump et Hillary Clinton, qui préférez-vous ? Là-dessus, il n'y avait pas d'ambiguïtés entre celle qui était pour l'interventionnisme partout dans le monde, qui l'avait démontré à de nombreuses reprises dans ses positions et dans son rôle lorsqu'elle était au gouvernement, et celui qui était surtout dans la défense de l'intérêt de son pays. C'est pour cela que l'on préférait Donald Trump à Hillary Clinton. Pour autant, nous n'avons pas le même programme sur un grand nombre de sujets. En revanche, quand il dit : "Je veux que les États-Unis redeviennent les États-Unis", nous voulons aussi que la France redevienne la France, nous voulons défendre les intérêts de la France et des Français d'abord et en cela nous sommes sur la même ligne que Donald Trump. Après, je pense qu'il faut être très nuancé sur les sondages qui sont faits et sur les questions qui sont posées aux Français sur ce qui se passe à l'étranger, car je crois que la vision est très déformée par le prisme médiatique et par nos adversaires politiques. On est en train de diaboliser des votes populaires. Donald Trump a été élu par une majorité, en Grande-Bretagne le Brexit a été voté par une majorité. C'est tout ce que je regarde.

Steve Bannon, l'ancien conseiller de Donald Trump, s'était rapproché de Marine Le Pen. Est-il devenu le conseiller personnel de Marine Le Pen ?

Non. En revanche, il s'intéresse beaucoup à ce qui se passe dans le monde et en Europe et il s'intéresse aux différents partis. Il est d'accord avec le Rassemblement national, il pense que ce sont les partis qui défendent les intérêts de leur pays qui doivent émerger et non pas des mondialistes comme Emmanuel Macron, qui lui défend une vision qui n'est absolument pas la nôtre. Nous avons beaucoup d'alliés européens, comme Matteo Salvini en Italie, et nous savons très bien gérer nous-même nos idées sur le plan européen. En revanche, si Monsieur Bannon veut travailler avec nous, il n'y a pas de soucis, mais il ne sera pas chef d'orchestre. Il n'aura pas de légitimité.

Celle qui est encensée par les trumpistes, c'est Marion Maréchal. Est-ce qu'à vos yeux, ça n'est pas à elle d'incarner ce nouveau visage du Rassemblement national ?

Pour l'instant, elle s'est mise en retrait de la politique. Si un jour elle souhaite revenir, elle sera légitime à occuper des fonctions évidemment. Elle est jeune, elle est talentueuse, c'est normal qu'elle attire. Pour autant, Steve Bannon est venu rencontre Marine Le Pen et il ne s'y est pas trompé. Marine Le Pen a aussi un avenir politique, car elle incarne le mouvement. Elle l'a redressé, elle l'a fait passer de 16 à 35% et on ne peut que s'en féliciter.

Source de l'article : https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/ce-qui-plait-a-beaucoup-de-francais-c-est-que-donald-trump-defend-les-interets-de-son-pays-affirme-le-porte-parole-du-rn_3025757.html#xtor=RSS-3-[politique]
Partager